Se mettre à la méditation – pour les gens normaux

Tout le monde s’accorde à vanter les mérites de la méditation : anti-stress, apaisante, calmante, elle aide à vivre pleinement le moment présent (et passer moins de temps dans des ruminations mentales, à revisiter et analyser le passé, ou anticiper le futur), accepter ce qui est. La méditation, pratiquée régulièrement, diminue les risques d’un certain nombre de maladies (on n’imagine même pas le nombre de maladies qui sont liées au stress et surmenage… qui mettent le corps à bout) et augmente la capacité de résistance et de guérison. Selon l’ayurveda et le mode de vie yogique, la méditation est la recommandation number one pour vivre bien, un esprit sain dans un corps sain !

Mon expérience de la méditation : J’ai commencé à méditer 10min par jour il y a plusieurs années avec l’application Headspace. J’ai tout de suite été conquise : après 10 jours à peine, je me sentais plus légère, plus concentrée, plus apaisée. Après quelques semaines, plus centrée. Après ma formation de professeur de yoga, j’ai commencé à méditer toute seule, sans guide audio. Puis j’ai aussi testé la méditation de pleine conscience avec le programme MBSR (Mindfulness-Based Stress Reduction). Après quelques années… J’ai complètement changé de vie, et je suis beaucoup plus sereine, c’est sûr !

MAIS, je dois vous avouer toute la vérité derrière ce beau tableau : la méditation c’est vraiment PAS FACILE tous les jours ! C’est rarement facile d’ailleurs, et ce n’est jamais ce qu’on imagine !

Mais on n’a pas besoin d’attendre d’être dans un endroit super zen, retiré du monde, pour prendre le temps de se poser et de méditer. Et la méditation n’est jamais parfaite !

La vie consciente, c’est la vie normale, tout simplement. Mais avec une permanence d’ouverture et de sensibilité. Une permanence d’accueil pour le banal et l’exceptionnel. La vie consciente, c’est la vie maintenant. Compliquée, confuse, imparfaite, bancale. Nous avons parfois tendance à penser que la vie, la vraie, la bonne, ne commence qu’une fois tous nos problèmes résolus. Non, elle est déjà là, sous nos problèmes et nos insatisfactions. Prête à accueillir le bonheur et la grâce.

– Christophe André

J’ai plusieurs amis ou élèves qui me disent vouloir essayer de s’y mettre, je vous fais donc une liste de mes conseils pour se mettre à la méditation (et ne pas abandonner tout de suite).

  1. Trouver la méditation qui vous convient

Contrairement aux idées reçues, la méditation, ce n’est pas de « penser à rien », tout bonnement parce que c’est impossible, mais parce que l’on cherche plutôt à être pleinement conscient de ce qui se passe, et on apprend en effet à ne pas s’accrocher aux pensées, ne pas s’identifier aux émotions, et se détacher des sensations.

Il y a plein de sortes de méditation différentes : des méditations basées sur la pleine conscience, des techniques de visualisation, des méditations guidées ou non guidées, de la marche méditative, manger en pleine conscience… et tout un tas de méditations thématiques sur la bienveillance, la gratitude, l’amour, et même l’utérus… Comment on fait pour choisir ?

Déjà, il faut essayer. Le mieux, c’est d’avoir une méditation guidée, soit par un prof, soit par audio : il y a plein de vidéos sur youtube, ou d’applications qui permettent de s’y mettre facilement !

Mon chouchou est l’appli Headspace (en anglais), mais il y a aussi PetitBambou (en français), ou des enregistrements de Christophe André, Deepak Chopra…

  1. Trouver une routine / un petit rituel

Ok. Ne nous mentons pas. Le mental est dissipé, et va toujours chercher plein d’excuses et de choses à faire / à penser plutôt que de méditer. Pour l’habituer et, disons l’amadouer, il faut trouver une petite routine ! C’est très important, au début, mais aussi quand on se laisse dépasser par le quotidien.

  • Le moment de la journée : pour moi, c’est le matin au réveil, mais d’autres personnes seront plus disposées le soir au coucher, ou lors d’une pause dans la journée.
  • Le lieu : l’idéal, c’est d’avoir un lieu plus ou moins « dédié » à la méditation. Qui ne soit pas l’endroit où on dort, où on mange, où on travaille… Mais on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a J en tout cas, trouvez un lieu où vous vous sentez confortable, et qui ne soit pas trop « encombré ».
  • Un petit rituel ? Peut-être se poser avec une tasse de thé, ou après avoir lu un peu, faire brûler de la sauge/de l’encens, diffuser des huiles essentielles (mes huiles propices à la méditation : bois de cèdre, encens oliban, et une note d’agrumes),… à vous de trouver ce qui peut vous mettre « in the mood for meditation ».
meditation corner
En exclu – petite photo de mon « meditation corner »
  1. S’installer confortablement

La posture est importante. Si vous le pouvez, assis en tailleur (ou sur une chaise si c’est trop inconfortable) sur des coussins. Le dos doit être bien droit, mais vous devez pouvoir tenir droit sans effort (quitte à avoir un dossier de chaise/canapé/lit/mur derrière vous). La posture en tailleur devient rapidement inconfortable quand on débute, ce qui peut être un frein à la méditation. Ne vous forcez pas au début, personne ne vous oblige à tenir en posture de lotus sur un tapis de champ de fleur.

Et si vous galérez à rester assis, sachez que toutes les postures de yoga DU MONDE sont faites pour nous assouplir et préparer le corps à rester assis pour méditer. Donc voilà. C’est une des postures les plus difficiles, disons-le !

  1. Se lancer !

Commencez… one step at a time ! Peut-être pas directement avec 30min de méditation silencieuse, ça risque de vous décourager… Avec une méditation guidée, c’est plus facile pour commencer. Si vous ne supportez pas les enregistrements et préférez y aller solo, le plus simple est de suivre quelques règles :

  • Prendre conscience du monde extérieur, en accueillant les bruits, les odeurs, les lumières, les différentes sensations, sans juger ni étiquetter.
  • Ramener la conscience sur le corps, les différentes sensations dans le corps. La technique du scan corporel est souvent utilisée. On peut le faire plus ou moins rapidement (dans la technique MBSR, le scan corporel dure entre 30 et 45min !)
  • Suivre la respiration. On peut compter les respirations, ou observer les mouvements du souffle dans le corps.
  • Quand l’attention se perd et qu’on part dans des pensées (= tout le temps), ne pas juger, ne pas culpabiliser et ramener doucement l’attention sur le souffle. Et recommencer. Et recommencer… autant de fois que nécessaire 😉

Si c’est trop difficile, que vous êtes trop agités, ne vous forcez pas, ça pourrait vous irriter encore plus !

  1. Faire comme on peut – de son mieux ! en restant bienveillant envers soi-même

Des invités à la maison, du boulot par dessus la tête, des enfants ingérables, trop de fatigue ? Ou des fois juste envie de faire la grasse matinée tranquillou ? No stress ! La méditation – même si elle peut vous aider à « gérer » le chaos du quotidien – ne doit pas devenir une corvée pour vous, ni vous couper du monde extérieur, vous empêcher de passer du temps en famille ou entre amis.

Ne vous flagellez pas si vous loupez un jour, ou 2, ou 3 (ou 365) de méditation… ou si vous n’arrivez à pratiquer « que » pendant quelques minutes. Ce n’est pas grave du tout !

Ne vous mettez pas la pression non plus : méditer, ce n’est pas visualiser un lac de montagne enchanté et immobile pendant 45min sans broncher ! Il y aura TOUJOURS plein de pensées, d’émotions, de sensations (mal aux jambes, au dos), de distractions ! Mais c’est ça, la méditation, apprendre à voir ces distractions avec juste un peu de recul, et faire de son mieux pour rester conscient(e) de ce qui se passe.

  1. S’accrocher !

Passé le kiff de la découverte du début, on peut se trouver face à des paliers : ne pas avoir l’impression de « progresser », penser que c’est beaucoup trop dur, ne pas arriver à se concentrer, ne pas arriver à prendre le temps… Même quand on a pris les meilleures habitudes du monde, il y a toujours un moment où on perd le rythme, et on voit ça comme une perte de temps… Alors, c’est plus facile d’abandonner complètement plutôt que de s’y remettre.

Parfois pratiquer en groupe, ou avec des méditations guidées peut relancer la machine. Personnellement, je sais que quand je pars en retraite de yoga, ça me rebooste à fond et me remet sur un rythme journalier de méditation !

Allez, courage !

 

On s’y met ? N’hésitez pas à partager vos conseils et galères de méditation 🙂

 

 

Un d’ces morceaux qui t’emmène loin en balade
Qui te dis : « oublie l’autoroute, tu vas rater trop d’choses
Prends la Nationale, prends le temps, regarde
Apprécie l’paysage, garde l’oeil sur l’essentiel
Délègue au détail, gère tes données, jette les plus futiles
Et tu verras que c’est facile sans tout ce poids, imagine
Et laisse-toi aller, sois dans l’instant, pleinement
Demain c’est toujours loin et hier c’était y’a tellement longtemps

– Shurik’n

 

On en discute avec plaisir… à un de mes cours, lors d’une retraite de yoga, ou encore sur les réseaux sociaux 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s